Martin Gester

C'est par la confrontation à quantité de chefs d'oeuvres méconnus, source d'interrogations et de recherches, que  s'est forgée la personnalité artistique de Martin Gester. Elle imprègne aujourd'hui son approche du grand répertoire,  qu’il soit à la tête de son ensemble, chef invité ou soliste partenaire de musique de chambre.  Avec sa double formation littéraire et musicale, instrumentale (l'orgue, le clavecin) et vocale, sa passion de l’histoire, son attention aux traditions orales, son goût pour la danse et le théâtre et un souci particulier de retrouver les liens entre des cultures et des disciplines que les usages séparent, il renoue, à sa manière, avec l’idéal de l'artiste baroque : ouvert, multiple et humaniste.

C’est en 1990,  à Strasbourg, que Martin Gester fonde Le Parlement de Musique, un ensemble ouvert et évolutif,  lieu d'expérimentations aussi bien qu'instrument de diffusion, point de convergence d'études et d'expériences littéraires et musicales. Tour à tour chanteur polyphoniste, interprète (l'orgue, le pianoforte et le clavecin), chef de choeur, musicologue et enseignant, il a pratiqué de nombreux répertoires répartis sur quatre siècles. Sa passion précoce pour la polyphonie de la Renaissance contribue certainement à recentrer ensuite son activité dans l'art des XVIIe & XVIIIe s, mais il avoue un très fort penchant vers Haydn, Mozart, Schubert, Weber, et l'opéra belcantiste de Paisiello à Donizetti.

L'art de la direction d'orchestre, il l'a expérimenté à la tête du Parlement de Musique puis comme chef invité devant des formations de tailles croissantes. Actuellement, il dirige aussi bien les Vêpres de Monteverdi que les ouvrages lyriques de Scarlatti, de Haendel, Gluck ou Mozart, les Passions de J.S. Bach ou les symphonies de Haydn ou de Mendelssohn, franchissant volontiers les barrières traditionnelles entre les écoles dites anciennes et modernes : là où  notre époque, souvent, cloisonne, Martin Gester souligne les affinités, rétablit des connections perdues.

A la tête du Parlement de Musique, il a dirigé une quarantaine d'enregistrements discographiques (pour Opus 111, Naïve, Accord-Universal, Assai, Calliope et Tempéraments-Radio France), la plupart étant des révélations primées par la critique internationale, dans des répertoires variés: motets de M.A. Charpentier, S. de Brossard, M.R. de Lalande, F. Couperin, J.A. Denoyé, S. Capricornus; oratorios: Passion Anonyme d'Uppsala - l'un des CD les plus primés de l'histoire - R. Keiser, J.S. Bach, G.B. Bassani, A. Scarlatti, G. Carissimi, A. Caldara; concertos pour orgue de J.S. Bach, J.C. Bach, G. Sammartini, A. Vivaldi, J. Haydn ... Il a dirigé dans des salles prestigieuses (Théâtre des Champs Elysées, du Châtelet, du Château de Versailles, Jordan Hall Boston, de Torun, de Poznan, Festivals d'Ambronay, de Saint-Michel en Thiérache, de la Chaise-Dieu, de Strasbourg, de Sans-Souci à Potsdam, du Schleswig-Holstein, de Halle, de Wroclaw etc) et sur quatre continents. Il a aussi été chef invité d'autres ensembles: New York Collegium, Collegium Vocale Gent, La Chapelle Royale, les Chantres de la Chapelle de Versailles, Nederlandse Bachvereniging, Musica æterna Bratislava, Orchestre symphonique de Torun, Orchestre Symphonique du Rhin-Mulhouse, Orchestre des Pays de Savoie, Orquesta Sinfónica de Málaga, Camerata antiqua de Curitiba... Il poursuit, parallèlement, ses activités d'interprète: organiste soliste, ou partenaire de musique de chambre au clavecin et au pianoforte - notamment l'accompagnement du lied.

Une collaboration toute particulière s'est établie depuis 1998 avec Arte dei Suonatori, orchestre baroque polonais, avec lequel un travail régulier de plusieurs années sur les concertos baroques a abouti, en 2007, à l'enregistrement pour BIS - Suède des 12 Concerti grossi opus 6 de Haendel, un enregistrement très remarqué par la critique spécialisée internationale  (BBC Music Magazine, Classic FM, Fono Forum, Alte Musik Aktuell, Tokkata, Diapason, Le Monde de la Musique, Orfeo etc), suivi de l'enregistrement, en 2011, d' Ouvertures pittoresques et Concerts Polonois de Telemann, préludes à d’autres projets : Concerti grossi op.3, Concertos pour orgue  et Anthems de Haendel.

Martin Gester enseigne l'interprétation du répertoire baroque et classique aux chanteurs, aux instrumentistes et aux ensembles du Conservatoire et de l'Académie Supérieure de Musique de Strasbourg et donne nombre de master-classes. Suivant une inclination naturelle pour associer recherche, interprétation et formation, il a fondé, en complément du Parlement de Musique,  l'atelier lyrique Génération Baroque, une structure d'insertion, de formation et de diffusion dont les sessions annuelles sont consacrées à l'oratorio et à l'opéra baroques et classiques dans des versions légères, stylisées (Haydn: L'infedeltà delusa - Les Imbroglios de l'Amour: un voyage dans les opéras de Mozart avec l'Académie d'Ambronay - Haendel: Alcina - Haendel : Acis & Galatea dans le cadre du Festival Poznań Baroque) - Telemann : Orpheus en France, en Allemagne et en Belgique - J.V. Meder : Passion selon Saint Mathieu (première en France). 

Pour sa direction du Parlement de Musique, Martin Gester a été fait Chevalier des Arts et Lettres par le Ministère de la Culture français, et élevé à l'Ordre du Mérite par le Ministère de la Culture polonais pour son activité à la tête d'Arte dei Suonatori.

www.martingester.com